L’exil d’Abdelkrim El-Khattabi à La Réunion : 1926-1947 PDF, EPUB

Là, il a défendu les avantages de la civilisation et de la technologie européennes – surtout espagnoles – et leur potentiel à élever le niveau économique et culturel de la population marocaine.


ISBN: B01FF8QP8W.

Nom des pages: 262.

Télécharger L’exil d’Abdelkrim El-Khattabi à La Réunion : 1926-1947 gratuitement. Livres disponibles dans ces formats pdf, epub, ebook, mobi.

L’histoire de l’exil d’Abdelkrim à La Réunion fait partie dupatrimoine historique de cette île. Cet ouvrage y est consacré.Suite à la guerre du Rif (1921-1926) Abdelkrim et sa famillevivront 21 ans à La Réunion de 1926 à 1947. A travers les demeuresd’Abdelkrim c’est le patrimoine de la société coloniale qui estrevisité : Château Morange, Castel-Fleurie, Trois-Bassins, lesvilles thermales … les liens d’amitiés qu’il tissa avec les famillesréunionnaises révèlent le caractère accueillant et solidaire despopulations de l’île, dont ses coreligionnairesindo-musulmans àqui il rendra un chaleureux hommage.Cet ouvrage vient combler un vide historique sur une partie de la vie,encore méconnue, de cette grande figure de l’anti colonialisme. Denouvelles sources et archives nous permettent de mieux connaîtreles préoccupations en exil de ce fin stratège, dont les responsabilités,en l’occurrence, celles de père de famille responsable de plus de 40personnes furent, malgré de nombreuses difficultés, exemplaires.Connaître sa vie en exil, c’est aussi mieux comprendre les liens avecsa mystérieuse évasion de 1947 durant son escale en Egypte.Les réunionnais se souviennent d’ Abdelkrim et de sa famille, lesdescendants de ce dernier se souviennent de La Réunion. Que cetouvrage revivifie ce souvenir et consolide les liens entre le Marocet La Réunion.

Il s’est installé au Maroc dans les années 1960, gérant une clinique à Kenitra. Dans ce poste, il a acquis une réputation d’intelligence, d’efficacité et de discrétion. Après plusieurs années de détention arbitraire, Omar al-Khattabi a été libéré, après quoi il a continué à être un critique virulent du régime.

Il s’est installé au Maroc dans les années 1960, gérant une clinique à Kenitra. Pendant sa détention, il a été gravement torturé et, de ce fait, il est resté définitivement invalide car il avait subi des dommages irréversibles à la colonne vertébrale. Tahtah suggère qu’il a eu lieu entre mi-1882 et mi-1883, sur la base d’une comparaison des données disponibles. Il est mort en 1969, et sa veuve a épousé son cousin Idriss (fils de l’émir).