Maurice Blanchot : Partenaire invisible PDF, EPUB

Je ne pense pas que je pourrais capturer dans la langue l’inconfort que j’ai ressenti en traînant mon corps avec moi pendant les 37 dernières années.


ISBN: 2876734966.

Nom des pages: 174.

Télécharger Maurice Blanchot : Partenaire invisible gratuitement. Livres disponibles dans ces formats pdf, epub, ebook, mobi.

Disons-le simplement: Maurice Blanchot, né en 1907, est l’un des plus grands, l’un des plus rares écrivains du vingtième siècle. Affirmation que ce siècle s’est trop souvent employé à traduire en légende – ou en procès. Selon l’inévidence de mythologies tenaces, Blanchot aurait été le grand absent, le fantôme invisible, l’auteur illisible d’une œuvre tout abstraite, un homme littérairement terrifiant, politiquement impur. Nul mieux que lui, pourtant, n’aura interrogé ce qu’il en est de la présence, de la visibilité, de la lisibilité, de la vitalité, de la culpabilité et de la possibilité de l’écrivain. Par ce travail, par ce combat, Blanchot aura fasciné et exalté les plus grands créateurs contemporains de formes et de pensées (de formes de pensées), à commencer par ses deux amis les plus intimes, Emmanuel Levinas et Georges Bataille. A son tour il reviendra à cet essai d’interroger la présence, la visibilité, la lisibilité, la vitalité, la culpabilité et la possibilité du biographique, dans une vie et dans une œuvre, dans une vie faite œuvre, une vie soutenue des affrontements les plus extrêmes avec la mort. Cette vie à l’œuvre s’adresse d’abord à notre savoir: que pouvons-nous en penser ensemble – et jusqu’où? Elle s’adresse ensuite à notre responsabilité: quelle forme d’attention et de discrétion requiert-elle, quelle sensibilité infinie à la limite du témoignage impossible impose-t-elle? Ecrire ce mouvement incessant de l’écriture à la vie, de la vie à l’écriture, à la place du tiers, dans l’attention toujours portée au nom de l’autre, suivant ici le mouvement qui, par la littérature et dans l’amitié de Robert Antelme, fait advenir la responsabilité à elle-même, la soumet à une reconnaissance illimitée tel est au moins, de cette biographie, l’essai.

La mort comme tout ce qui est hors de ce monde, comme quelque chose qui ne reviendra jamais. Plusieurs articles soulignent l’originalité du projet de Woolf, qui permet de repenser sa relation à différentes traditions philosophiques. Faisant écho à G. E. Moore, certains, comme la lecture de Rosenbaum, suivent l’approche dualiste propre à une tradition idéaliste, mettant l’accent sur la relation entre la conscience et l’objet perçu. Un éblouissement de techniques telles que l’hyperréalisme, le gothisme, la mise en abyme, la mise en fantaisie, l’intertextualité, pour n’en citer que quelques-unes, construisent et déconstruisent l’illusion du monde représenté et menacent toute la fiction.

Ces klimata sont construits à partir de modèles accumulés au fil du temps dans un milieu social. Il semble que le jugement combine toutes les formes de distance qui excluent et oublient la proximité. Le platonisme, l’essence a plus de valeur que l’apparence. Mais je crois à une sorte d’équivalence dans une traduction, par laquelle ce qui manque en musicalité par rapport à l’original en un point peut être compensé par la musicalité dans un autre qui peut manquer dans l’original.